Comment couper court aux idées superflues - le rasoir d'Ockham

blade-blur-business-4M-min.jpg

Question rapide - quand vous vous réveillez le matin, est ce que :

  1. Vous considérez que la personne qui s'est couchée la veille a été kidnappée par des extraterrestres, et qu'ils vous ont alors créé - vous, un clone dans lequel ils ont implanté sa personnalité et sa mémoire - pour la remplacer afin de ne pas éveiller les soupçons ? 
    ...Ou bien... 

  2. Vous considérez que vous êtes la même personne que la veille et que vous avez juste dormi ?

Evidemment, vous ne vous posez même pas la question.

Pourtant, impossible de savoir laquelle de ces deux hypothèses est vraie... Alors pourquoi avoir choisi la deuxième option ?

Réponse : parce qu’elle est plus simple à expliquer.

Et ce principe que vous appliquez tous les matins, il porte un nom : le rasoir d’Ockham.

 

Définition du rasoir d'Ockham

Le rasoir d’Ockham est un modèle mental ou principe qui considère que "c'est en vain que l'on fait avec plusieurs ce que l'on peut faire avec un petit nombre", ou encore "qu'il ne faut pas multiplier les entités sans nécessité" (source).

En bref : il est inutile de chercher une explication compliquée quand une explication simple suffit. Parmi différentes théories concurrentes pour expliquer un phénomène, celle qui nécessite le moins d'hypothèses est à privilégier.

Attention : cela ne veut pas dire que l'explication la plus simple est toujours la bonne, seulement qu'elle est plus probable, et qu'il est plus pratique d'utiliser celle-ci plutôt qu'une autre plus compliquée. Elle est aussi plus facile à tester et éventuellement à réfuter. Il est donc logique de s'intéresser en priorité à l'explication la plus simple.

Cet outil mental est attribué au moine franciscain Guillaume d’Ockham (ou Occam, du nom d'une ville d'Angleterre), logicien anglais né à la fin du XIIIe siècle. Il n’aurait pas lui même inventé le terme, mais d’autres après lui se seraient inspirés de sa manière "d’élaguer" les hypothèses superflues pour ne garder que le nécessaire, associant son nom à une lame métaphysique bien pratique.

 

Pourquoi le rasoir d'Ockham est utile

Le rasoir d'Ockham en science

Newton a également énoncé le principe du rasoir d’Ockham à sa manière : “nous ne devons pas reconnaître aux phénomènes naturels plus de causes que ce qui est à la fois vrai et suffisant pour en expliquer leur apparence”.

A l'époque de Newton, on avait deux explications différentes pour deux effets : la chute des objets sur Terre d'un côté et la rotation de la lune autour de le Terre de l'autre. Avec sa théorie de l'attraction, Newton a unifié ces deux explications sous une seule : tous les objets s'attirent, de manière plus ou moins forte selon leur masse et leur distance. La lune, comme les pommes, est attirée par la Terre à cause de la gravité.

Par la suite, c’est aussi ce critère de simplicité qu’adopta Einstein pour sa théorie de relativité générale. La théorie de Newton expliquait bien les mouvements des astres, mais elle supposait une action à distance instantanée entre les différents objets célestes (or théoriquement rien ne va plus vite que la vitesse de la lumière, il devrait donc y avoir un délai). La théorie d'Einstein supprime cette supposition, et a en plus une précision accrue dans ses calculs.

En science comme ailleurs, il ne faut pas supposer l’existence de causes si celles-ci ne sont pas nécessaires.

 

Le rasoir d'Ockham pour couper court aux idées tordues

Le rasoir d’Ockham est un outil très pratique pour éviter de s’éparpiller et de perdre du temps lorsque nous devons décider de scénarios possibles.

Il est notamment beaucoup utilisé par les sceptiques, ou zététiciens, lorsqu’on leur soumet des allégations de phénomènes paranormaux.

Prenons l'exemple des crop circles, ces dessins dans les champs. Nous allons voir que le rasoir d'Ockham nous aide à y voir plus clair :

Il suffit de faire un tour sur le web pour se rendre compte qu'il y a plusieurs théories s'affrontant pour expliquer les apparitions de crop circles. Si certains sont revendiqués, beaucoup restent d'origine inconnue.

Imaginons 3 hypothèses que l'on pourrait formuler pour les expliquer : 

  1. Les crop circles sont des messages laissés par des vaisseaux aliens qui souhaitent communiquer avec nous ;

  2. Les crop circles sont des rayons de lumières provenant d'une autre dimensions ;

  3. Les crop circles sont créés par des humains.

L'hypothèse 1 explique la raison de ces motifs, pourquoi personne ne les a vu se former (la technologie alien est ultra rapide), et pourquoi ils ont ces formes particulières (langage alien). Mais en supposant une origine alien, l'hypothèse 1 fait plusieurs suppositions non confirmées : elle suppose qu'il y a de la vie ailleurs dans l'univers (non confirmé) ; que cette vie a pu se développer jusqu'à un stade très avancé de civilisation (non confirmé) ; qu'elle a pu : soit voyager plus vite que la vitesse de la lumière (non confirmé car théoriquement impossible, ou en tout cas la méthode nous est inconnue), soit que les habitants aient pu effectuer un voyage de plusieurs milliers d'années, l'étoile la plus proche de nous étant à 73 000 ans de distance si on se déplace à la vitesse de la sonde Voyager 1, soit 60 000 km/h (difficile de justifier le chemin parcouru juste pour déposer un graffiti champêtre et repartir...) ; qu'elle dispose d'une technologie permettant de coucher les champs de blé de manière précise sans les toucher directement (non confirmé) ; qu'elle souhaite communiquer avec nous (non confirmé) etc...

L'hypothèse 2 explique aussi la raison de ces motifs, pourquoi personne ne les a vus se former, pourquoi ils ont ces formes particulières et même pourquoi certaines personnes ressentent des sensations étranges sur place (baguettes de sourcier qui se tournent et pendules qui s'agitent à cause des vibrations énergétiques du lieu). Mais comme l'hypothèse 1, elle suppose des explications non confirmées : existance de plusieurs dimensions superposées, communication d'énergie entre les dimensions, énergie d'origine inconnue...

L'hypothèse 3 est la plus simple : des humains un peu motivés et organisés ont aplati les blés la nuit en marchant sur des planches de bois et en utilisant des cordes tendues pour tracer les cercles (possible et connu).

Parmis ces 3 hypothèses imaginables, la troisième est la plus simple car c'est celle qui nécessite le moins d'hypothèses non confirmées. Pas besoin d'invoquer beaucoup d'explications suplémentaires pour la justifier, ni de chambouler l'ensemble de nos connaissances scientifiques. Elle est aussi la plus facile à tester.*

En suivant le principe du rasoir d'Ockham, c'est donc la piste de l'action humaine qui sera privilégiée... jusqu'à preuve du contraire.

 

Les hypothèses ad hoc 

- "Oui ?"
- "Heu non, rien à voir avec toi capitaine Haddock..."
- "Ah ! Mille milliards de mille sabords !"

Une hypothèse ad hoc n'est pas qu'un prétexte à une blague pourrie (désolé...), c'est aussi et surtout une explication émise à postériori d'un événement pour tenter d’expliquer des faits qui réfutent une théorie. Le rasoir d’Ockham peut aussi nous servir dans ces circonstances.

Prenons un exemple : un voyant prétend pouvoir prédire l’avenir. Pour tester cela, on lui propose de révéler les cartes d’un jeu de cartes une par une, et il doit prédire la carte qui va sortir. Il accepte, fait le test, et échoue. Pour se justifier, il pourra émettre comme hypothèse ad hoc que c’était sûrement les mauvaises énergies de la personne distribuant les cartes qui l’ont perturbé. Difficile à contredire...
Ici, le rasoir d’Ockham incite à "couper" cette hypothèse ad hoc car on peut expliquer la situation tout aussi bien sans : la personne n’a pas de don de voyance.

Les hypothèses ad hoc ne sont pas nécessairement fausses, mais dans le doute, on privilégie l'explication la plus simple.

Une explication plus compliquée peut être examinée, mais elle doit pour cela apporter des preuves.

Des affirmations extraordinaires nécessitent des preuves extraordinaires.
— Carl Sagan

Comment reconnaître le "simple" ?

Il y a une idée qui a souvent fait débat autour du principe du rasoir d'Ockham : selon ce principe on pourrait considérer que l’explication la plus simple à absolument TOUT est : “c’est l’oeuvre de Dieu”. Effectivement c'est simple, il n'y a qu'une cause, et ça tient en une phrase.

On pourrait ainsi privilégier l’hypothèse créationiste (Dieu a créé tous les êtres de cette terre tels qu’ils sont aujourd’hui) à la théorie de l’évolution, qui nécessite de comprendre qu’il y a eu des mutations successives et de la sélection naturelle sur des générations et des générations pendant des millions d’années.
Pourtant on sait aujourd'hui que la théorie de l'évolution est une des théories les plus solides qui existe (pour rappel, contrairement au langage courant, une théorie est le plus haut niveau de certitude en science ; en dessous on a les hypothèses qui doivent être testées et qui, en fonction des résultats, confirment ou infirment une théorie). 

Alors, le rasoir d'Ockham... pas si efficace que ça ?

En fait, on a vu avec Feynman que connaitre le nom de quelque chose n’est pas l’expliquer. Or ce qu'on cherche est l'explication la plus simple, pas la formulation la plus simple. Poser le nom de Dieu sur la cause n'est que nommer la cause, pas l'expliquer.

Donc pour privilégier l'hypothèse créationiste, il faudrait considérer qu'expliquer Dieu est plus simple qu'expliquer la sélection naturelle. Or on sait que ce n'est pas le cas : l'idée de Dieu est bien plus complexe que la théorie de Darwin, et soulève beaucoup d'autres questions. 

L'explication la plus convaincante est donc la théorie de l'évolution, car le minimum d'hypothèses nécessaires pour que tout tienne en place est plus faible que pour la théorie créationiste. Qui plus est, elle ne suppose que des hypothèses que l'on peut expliquer, supportées par des preuves que l'on peut observer. Selon le principe du rasoir d'Ockham, je vais donc privilégier la théorie de l'évolution, que je considèrerai comme vraie jusqu'à preuve du contraire.

 

L'explication la plus simple n'est pas toujours la bonne

ll est important de se rappeler que le rasoir d’Ockham ne constitue en rien une preuve de la véracité d’une explication : ce n’est pas parce qu’une explication est simple, qu’elle est nécessairement vraie.

L’histoire des sciences nous le montre : notre description du monde aujourd’hui est bien plus complexe qu’à l’antiquité, où certains pensaient que notre monde était constitué de 4 essences : eau, feu, terre et air, avec chacunes des propriétés spécifiques (froid, chaud, sec, lourd, léger…). Cependant, on a fini par abandonner ces théories simples au profit de théories plus complexes parce qu’on a remarqué des incohérences, des paradoxes, des phénomènes inexpliqués et inexplicables du point de vue des théories de l’époque.
De nouvelles théories sont donc apparues - certes plus complexes - mais avec un pouvoir explicatif plus grand.
C’est à ce moment là que le rasoir d’Ockham est utile : parmi les nouvelles théories possibles ayant le même pouvoir explicatif, celui-ci nous aide à faire le tri en ne gardant que celle ayant le moins de suppositions.

Au bout du compte, les théories dont on veut s'assurer doivent être testées avec la méthode scientifique et justifiées par des preuves.

Il faut voir le rasoir d'Ockham comme un outil d'aide à la décision, qui pourrait se résumer ainsi : dans le doute, faisons au plus simple !

Pour terminer sur une touche de légereté, voici ce qui pourrait être l'exact opposé du rasoir d'Ockham : une machines Goldberg, machine qui consistent à réaliser une tâche simple de la manière la plus compliquée possible. Bon visionnage !


* Cette idée de crop circles m'a été inspirée par cette excellente vidéo de la chaine Youtube "Hygiène mentale" (que je vous recommande très chaudement), où un groupe de Youtubeurs emmené par "AstronoGeek" décide justement de créer un crop circle pour tester les méthodes d'analyses des partisans des différentes théories. [Spoiler : beaucoup y voient des preuves d'une origine non-humaine...]